Styles

jeudi 21 août 2008

Le capital-risque et la levée de fond

Je me suis toujours demandé quel est l'intéret il peut y avoir de créer une startup aujourd'hui, en France. Rêver de devenir le prochain Google ne nourri pas son homme, surtout quand on sait le nombre si faible de Capital investissement en France ou de Business Angels.

Et puis vient un jour un gars nommé Paul Graham qui vous dit que trouver de l'argent c'est très dur (on s'en serait douté :) mais que cet argent n'est pas une fin en soi quand on créé une startup. En effet, dans son article A Fundraising Survival Guide, Paul nous démonte toutes les mauvaises conceptions que l'on a de la levée de fond.

Il part du principe de base que tous les investisseurs sont, à la base, incompétents :
"All investors, including us, are by ordinary standards incompetent. We constantly have to make decisions about things we don't understand, and more often than not we're wrong."
et qu'il ne se feront donc jamais une opinion sur votre société d'après une jugement raisonné :
"the biggest factor in their opinion of you is the opinion of other investors".
Face à un tel décalage entre les aspirations des entrepreneurs et celles des investisseurs, le plus importants message a faire passer c'est que la startup va réussir avec ou sans eux :
"The message (and not just the message, but the fact) should be: we're going to succeed no matter what. Raising more money just lets us do it faster."

"There is nothing investors like more than a startup that seems like it's going to succeed even without them. Investors like it when they can help a startup, but they don't like startups that would die without that help."
Mais ce qui est le plus difficile est d'avoir une idée à la fois bonne et nouvelle ce qui est paradoxal quand on y pense :
"A good startup idea has to be not just good but novel. And to be both good and novel, an idea probably has to seem bad to most people, or someone would already be doing it and it wouldn't be novel."
En France, les gros éditeurs de logiciels ou de solutions fortement basé sur l'informatique sont rares ou se font racheter par des sociétés étrangères.


Face à tant d'obstacles, Paul Graham nous rappelle ce qui est vraiment important quand on décide de se lancer dans l'aventure :
- l'endurance,

- l'adaptabilité,

- la détermination.
Avec ces qualités, on arrivera bien quelque part... peut-être pas vers une réussite pécuniaire, mais en tout cas vers une expérience enrichissante.

Aucun commentaire: